Dans le cadre de la mission sur les métiers d'art et du patrimoine vivant confiée par le Premier Ministre, Philippe Huppé s'est rendu le lundi 28 juin à Montpellier pour rencontrer et auditionner dans son atelier le luthier Frédéric Chaudière. 

 

La lutherie montpelliéraine s'exporte dans le monde entier grâce à un savoir-faire d'exception et une facture moderne d'instruments de grande qualité. Par son travail d'excellence, Frédéric Chaudière contribue à la renommée internationale des métiers d'art et du patrimoine vivant français. 

Cette rencontre a permis d'évoquer la question de la transmission de ce savoir-faire à la fois ancestral et en perpétuel renouveau. Le métier de luthier exige ainsi une dizaine d'années de formation et d'expérience avant pouvoir produire des violons de qualité supérieure, mais ne compte qu'une seule école en France, à Mirecourt. De même, le lancement dans la vie active est particulièrement difficile, en raison de la spécificité de ce corps de métier. 

La question de la transmission de l'entreprise et du savoir-faire doit donc impérativement être posée dans les années qui viennent afin de pérenniser et sauvegarder ces métiers rares, qui occupent pourtant une place essentielle dans notre patrimoine, mais aussi notre économie. 

De nombreuses auditions à travers toute la France suivront durant les six prochains mois pour écouter et dialoguer avec les acteurs du secteur sur ces sujets, afin de dresser un état des lieux et de suggérer des propositions concrètes.